Emploi : les métiers de la sécurité embauchent en réponse à une forte demande

Emploi : les métiers de la sécurité embauchent en réponse à une forte demande

Le métier de la sécurité incendie : un secteur en plein essor

 

Chessy, lundi après-midi. Killian, Abdoulkarim et Martial sont trois des onze hommes à avoir suivi une formation de trois mois aux métiers de la sécurité avec un CDI à la clé. (LP/S.R.)

«Pour l’instant, on n’a pas trop le choix. Les secteurs d’activité liés à notre formation initiale sont saturés. » Ces jeunes hommes qui ont suivi une formation d’agent de sécurité de décembre à février derniers avec, à la clé, un emploi en CDI (lire encadré), tiennent le même discours. Il faut dire que la sécurité est l’un des rares secteurs pourvoyeurs de travail. Et, donc, une des rares perspectives pour les chômeurs.

À l’agence Pôle emploi de Chessy, ce lundi après-midi, trois des onze stagiaires à avoir suivi le programme présentaient leur parcours. Killian, 20 ans, de Serris, travaillait dans le bâtiment après un bac pro Électrotechnique. «Je suis quelqu’un de petite taille. J’avais très peu d’estime de moi. Cette formation m’a apporté un sentiment de valeur. Et des amis aussi. »

Abdoulkarim, 35 ans, de Torcy, a un bac éco-gestion en poche. Il a enchaîné les petits boulots. «J’avais déjà eu une petite expérience dans la sécurité. Mais aujourd’hui, c’est mieux encadré. Les agents sont mieux formés et s’investissent davantage. »

Martial, 24 ans, de Paris, est lui aussi titulaire d’un bac pro Électrotechnique. «J’avais envie de changer d’air, de changer d’ambiance de travail. J’étais dans le bâtiment. Ce n’est pas la même atmosphère. »

Après ces trois mois de formation, sur les onze stagiaires au total, neuf ont signé un CDI (avec une période d’essai de deux mois et un mois renouvelable) chez Triomphe Sécurité, une boîte basée à Paris. Salaire brut : 1 500 €. Ces agents de sécurité travailleront essentiellement chez Euro Disney.

«Nous sommes passés de 75 à 160 salariés », explique Olivier Bagard, responsable d’exploitation chez Triomphe. Une hausse de la demande due essentiellement aux attentats du 13 novembre. La difficulté à laquelle il est confronté, c’est le manque de femmes qui postulent chez lui. «Sur nos 160 salariés, nous n’en avons que 14. » Le Centre de formation des personnels de la sécurité, basé à Gentilly (Val-de-Marne), a formé les onze futurs agents de sécurité.

Pour Jean-Claude Broche, son directeur, que la sécurité soit un des rares secteurs à recruter en ce moment pose un peu problème. «Les gens qui ne viennent que dans l’optique sécurité viennent pour de mauvaises raisons : soit ils ont raté les recrutements de la police ou de l’armée. Soit ils veulent être Rambo IV. Nous, nous recherchons des personnes caractériellement équilibrées qui veulent aider les autres. »

Source Le Parisien 

Share Button

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.